Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog

* Poésie-Prose. * Aquarelle d'eau.

Posted on by Arwen/Aïna.

 

 

 

* Aquarelle d'eau à main des cieux,
le matin peint le merveilleux...
Il pleut en lieu d'étirement d'elle.
A filet ciel de naturel, la nature lave
ses cheveux et passe derrière ses oreilles
le temps sommeil de ses yeux bleus.
Aquarelle d'eau à main des Cieux,
6h30, j'absorbe ce coton frileux et
passe l'entre de frissonneux tremblant
goutte à goutte d'il pleut,
dans l'heureux de pluie du précieux
tombant sur mon châle d'éveil.

* Aquarelle d'eau à main des Cieux,
tout est bain à beauté de lieux 
où la vie germe à puits sourceux,
ses à sons d'ondes originelles,
et pousse d'un vide à tronc creux 
tout le mélodieux en chants d'elle.

* Aquarelle d'eau à main des Cieux,
amont de course du silencieux,
l'arbre replie ses jambes racines,
posant son feuillage de cime
dans un contre à joue d'air heureux.

* Aquarelle d'eau à main des Cieux,
il y a du lent entre les branches,
et des afflux de vent tournant
jouant des sens de pluie qui danse.

* Aquarelle d'eau à main des Cieux,
le pinceau frotte encore ses yeux,
en des couleurs qui se balancent,
et coulent des ruisseaux verts et bleus,
trempés dans des brumes avalanches.

* Aquarelle d'eau à main des Cieux,
oiseaux mouillés de nids se penchent,
buvant dans des coupes à ciel d'eux
des à pleins becs en Verts d'au p'tit 
bonheur de chance.

* Aquarelle d'eau à main des Cieux,
le clocher sonne son curieux,
les yeux perdus dans les nuages,
et s'égoutte du temps précieux
planant au-dessus des images, 
telle une caresse à main Dieu
passant la main dans les cheveux
en nature source de feuillages.

* Aquarelle d'eau à mains des Cieux,
tout en point de gouttes se mirent,
et l'on voit la forêt sourire
d'étoiles à rire plein les yeux.

* Aquarelle d'eau à main des Cieux,
de toile en toile, de rive en rive,
voici que tout d'aube s'avive
et flotte en lustres lumineux.

* Sereine Paix de jour tranquille,
aquarelle d'eau à main des Cieux,
collier de mots en perles fluides,
j'en marche le pas du silencieux.
Il n'y a pas une goutte vide...
La vie à centre elle, bat d'un coeur 
quand il pleut.
Aquarelle des yeux de source naturelle,
l'aube se lève dans le frêle du mystérieux.
Tout tremble du soleil dormant sa nuit d'horizon,
dont le regard se lève d'une goutte à son front,
et range ses filets papillons, pour un plus tard
de douceur tiède.
Il en a plein en prairies de saisons

et en court parfois d'arc en ciel.

 
Aïna.

Août 2017.

 

 

 

 

 

Comment on this post