Overblog Follow this blog
Administration Create my blog

* Musique. Yiruma. - Song...

Posted on by Arwen/Aïna.

 

 

 

 

 

 

 

 

See comments

* Musique.

Posted on by Arwen/Aïna.

 

 

 

 

 

 

 

See comments

* Citation. - FEMME.

Posted on by Arwen/Aïna.

 

 

 

* " Rien n'est plus beau qu'une femme vêtue
dans ce qu'elle est de plus nue de tout ce qui l'habille. " 

Aïna

Avril 2017

 

See comments

Poésie. - Le temps.

Posted on by Arwen/Aïna.

 

 

* LE TEMPS.

 

* Le temps... ce point d'eau de jours goutte à goutte,
que la jeunesse écoule à courant de ruisseau,
mais s'évapore autant que l'on en puise d'eau,
d'un ruissellement de seau s'évaporant de bouche...
Le temps...le temps et sa cuillère de louche,
qui se répand à couches de terre d'un instant,
et s'infiltre moment d'une fleur qui pousse
à temps d'une saison qu'en naîtra un printemps...

 

Aïna

Avril 217

 

 

 

 

See comments

Musique.

Posted on by Arwen/Aïna.

 

 

 

* Trop de mots, trop de paroles, trop d'images...
N'est pas de plus doux repos que le chant des oiseaux.
Ils viennent d'un monde qu'on ne peut approcher,
car on ne sait plus d'eux s'envoler de silence,
ni même en écouter ce qu'à chant d'une branche,
ils en émettent sons d'ailes à s'y poser.
Trop de mots, trop de paroles, trop d'images...

 

 

Musique :Clément Janequin.  - Le Chant Des Oyseaulx.

 

 

See comments

* Citation. - Soleil.,

Posted on by Arwen/Aïna.

" Rien ne naquit floraison de la vie, sans que le soleil par amour en fut pluie, de ses jours un peu tristes. "

D'ailleurs, les fleurs n'aiment pas les parapluies.

Et si quelquefois elles se cachent sous une feuille, 

c'est qu'à tapis du printemps chaque goutte elles cueillent

de tout ce qu'en beauté à garder de fraîcheur elles se veulent

à s'en baigner de coeur dans une larme pour  Lui.

- Il pleut et j'existe, dit le magnifique de leur coeur à couleurs !

De quel bouquet demain à massif de fleurs, vais-je remercier

cet enivrant d'odeurs, que le soleil pleure afin que je fleurisse ?

Au-dessus de la Terre, à Ciel de main artiste, la pluie et le soleil

ont la main sur le coeur. Le sourire de la pluie rend le soleil rieur.

Ils sont tellement complices.

 

Aïna

Mars 2017

See comments

* Citation. - COULEURS.

Posted on by Arwen/Aïna.

 

" Ceux qui critiquent le noir et blanc, ne savent pas à quel point
d'images on peut se repeindre de toutes les couleurs
des mondes
 qu'ils sondent."

 

Aïna.

Mars 2017

See comments

* LAME DE LETTRES.

Posted on by Arwen/Aïna.

 

 

 

 

* LAME DE LETTRES.

( BOOK STORY)

* Extrait de livre.

* Partie 1.

* Je t'écrirai seulement d'images sans maquillage, juste de cils posés au bord de chaque mot,
 juste ce que d'un stylo ils battront d'une page, à s'en nouer tissages d'une seule âme à propos.
 Tu vois, je ne sais pas te dissocier des mots. Faut dire que notre histoire qui commença de marge, on s'en est regardé d'un travers à cahier de carreaux.

Deux visages sanglots en gouttaient du vitrage,  et de mains sur les vitres de temps pas vraiment beau.
 Et nous entrions ainsi d'une première image et de phrases entières qui ouvraient le rideau,
 se rattrapant à flots d'un bateau qui naufrage, mais en vue d'un rivage dont nous fûmes poussés d'eau.
Pour la première fois, je découvrais ton ombre, plutôt celle du sombre à paume de tes doigts, 
que tu plaquas au froid d'une liste très longue, d'émotions à grand nombre qu'elles
glissaient devant moi.

Je voyais leurs empreintes se coller aux buées, et puis ta silhouette qui s'en mouillait d'approche, et dessinait ton corps d'un encore plus proche, lorsque tu m'aperçus dans ce nu de vitraux. Pas besoin de te voir encore d'un entier ; Tes yeux et ton visage d'invisible qu'on touche, avaient tous les regards d'un baiser sur la bouche tellement ils en scrutaient ce qu'en pleuraient leurs maux.

- " Te rappelles-tu de l'heure ? Moi, je ne m'en souviens plus ; parce que l'heure vois-tu, c'est un temps qui fait peur, d'une peur où le jour est de nuit continue, à ne plus bien savoir ce que le soleil ombre, lorsque la nuit qui tombe n'en est qu'un  jour de plus ? "

Il va me falloir nous revoir en images, celles que l'on créait à s'en toucher de coeur,
 celles qu'on imprimait dans ce livre de pages et en être écrivains que d'une âme auteure.
Elles avaient ce lointain qu'on faisait de voyage, à ne s'en rapprocher que de lignes de mains,
quand le temps imprimait la force des messages, et qu'on s'en imprégnait d'autres à contre de l'un.
 Nous avons survécu à cette beauté d'images et leur tant de visages d'une route sans fin,
 revêtus seulement de desseins à feutrage, qu'on dessinait de pages à couleurs de destin.

Il y avait bien plus à tableaux paysages, bien plus encore que toutes ces formes à fusains ; il y avait un mystère, une approche indéniable, qu'on cernait d'un esprit sans savoir d'où il vient.

C'était comme une énigme de passé qui revient, une force tranquille qu'on aurait oubliée, et rassemblait l'avant d'aujourd'hui d'un seul lien, et en être gardiens de seulement y entrer.

 

 

 

Aïna

à suivre.

Copyright.

 

See comments

* A BAIN DE SILENCE.

Posted on by Arwen/Aïna.

 

 

" A la claire fontaine m'en allant promener ",

d'une baignoire lanterne, je pris bain d'un rocher.

A la claire fontaine en très loin de forêt,

tout en vert de persiennes, sous  les arbres cachée,

je pris bain de pollens, fleurs parfums dilués.

A la claire fontaine et d'eau source coulée,

de nature extrême,  je buvais l'écouler.

A pluie d'eau dans les veines et de décors planté,

je glissais diluvienne mes enclins d'émoussés.

A la claire fontaine en fond  d'âme mouillée,

j'écoutais l'à sens même d'essentiel méditer.

Goutte par goutte de pensées,

essuyées d'une idée posée là, sur une branche,

je m'offrai l'éponger d'une feuille à silence

à s'endormir du temps des secondes tam tam

des minutes de calme d'hymne à Son écouler.

 

Aïna

Mars 2017

 

( à revoir et corriger).

 

 

 

See comments

* D'un tapis vert des bois...

Posted on by Arwen/Aïna.

 

 

 

 * Toute belle en sous-bois, s'épanouit l'anémone,
qui n'aime le soleil qu'à rayons économes,
qui en bon gentilhomme, l'en arôme d'eau qu'elle boit.
* Toute belle en sous-bois, s'épanouit l'anémone,
sur le tapis d'automne où l'hiver passa,
et qu'elle s'en revêtit virginale à prénomme
sur sa tige fraîcheur, à blancheur de sous-bois.

 

Aïna

Mars 2017.

 

 

See comments

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>