Overblog Follow this blog
Administration Create my blog

* Citation. De cils en Cieux.

Posted on by Arwen/Aïna.

 

* Citation.

De Cils en Cieux.

 

" - Tu pourrais ne m'écrire que de mots silencieux,
je suis sûre que je saurais les lire. "

 

Aïna

Mars 2017.

See comments

* A LUEURS DE L'AUBE.

Posted on by Arwen/Aïna.

 

* Merci à Monsieur Satie pour sa musique, qui m'a inspiré ce poème.

J'en ai encore la main qui traîne à papier,

à corps de notes et de mots en piano joués.

* Musique : Erik Satie.

 

 

* A LUEURS DE L'AUBE.

 

* Première heure de l'Aube...
Un matin à venir...
Il cherche à prendre main du jour qu'elle respire,
lui offrant un sourire de soleil lointain.
Le silence étreint ses étendues de brume,
les attache à la Lune qu'il recouvre avec soin,
et qui ferme déjà ses grands cils de plume
à perte d'horizon de ciel lit baldaquin.
Première heure de l'aube...
Elle change de robe à la lueur d'un bain,
et l'enfile de rose qu'elle traîne à retient
dans une heure aux doigts fins De fils or d'horloge.
Elle fouille le ciel en mouvements de grâce
de ses frissons d'espace d'astres sur son dos nu,
décrochant l'attendu d'un nuage qui passe
se réchauffant du châle qu'il lui offre à tenue.
Première heure de l'aube...
Elle écoute l'aurore à son doux de clocher,
glissant dans ses cheveux des rubans de sommeil,
Tintant tout à Portée ses lointains de réveille,
qu'il accroche à voie D'elle de sa gorge nouée.
Première heure de l'aube...
La voilà qui descend sur sa terre millénaire,
ramassant d'un passé ses années de lumière
qu'elle sourit d'offert d'un visage à clarté.
Heure première d'aube d'un matin avancé ;
Le temps lui dit bonjour d'une pluie en collier.
- " Qu'importe, lui dit-elle, j'en serais le reflet.
De ce bijou porté, le soleil a sa place, puisqu'il est
à mon cou ce que j'en suis d'attache, d'un toujours à rayons
d'arc-en-ciel irisé. "

 

Aïna

Mars 2017

 

 

 

 

See comments

* Poésie-Prose. - SILHOUETTE.

Posted on by Arwen/Aïna.

 

 

* SILHOUETTE.

 

 

* Je la regardais passer d'une pièce à une autre,

............

En cours d'écriture.

Bonne soirée et nuit.

 

 

See comments

Published from Overblog

Posted on by Arwen/Aïna.

 

 

 

 

 

 

See comments

* Mots d'images.

Posted on by Arwen/Aïna.

 

 

* Son batterie, elle avance,
elle ondule mouvements de ses hanches...
Peut-être pieds nus, peut-être talons aiguilles,
l'intérieur d'extérieur de ce qu'elle en faufile,
et qu'elle attache enfile en boutons de son coeur ?
Elle rythme, elle balance, caresses d'étole à textile
que frôlent tous ses à bords subtils de sens, à corps
et à fils d'une fermeture, éclair de son silence.
Elle profile, sûre de ce que l'habille le juste de ses
chacun battant de mouvements de cils, et le plus avant
d'intérieur qu'elle défile, en échappe de soi du vivant de
dedans...
Elle cortège ; elle délivre ; elle ressent des quelques 
cheveux vents dans son dos qui la suivent, du souffle 
doucement de sa marche à poursuivre...
Elle n'est ici que d'ailleurs, présence sans calcul à vues
d'observateurs qui n'atteignent jamais ce qu'à flash d'obstine,
n'en est jamais l'intime de son âme intérieure.
Bascule de tourne en virevolte d'un tour, épaules à découverte
d'une soie dans son cou, elle avance à finesse de troubles qui 
s'en fout, et marche du sans cesse que d'en être le tout.

 

Aïna

Mars 2017

 

* En train de recharger "mes batteries".

 

See comments

* Citation.

Posted on by Arwen/Aïna.

 

 

* Ce qui me "défrise", c'est tout ce que d'un En droit,

on nous dit qu'il ne faut jamais lire à l'envers 

et cela d'une idée "permanente".

 

Aïna

Mars 2017

 

See comments

* Mots d'images.

Posted on by Arwen/Aïna.

* Musique : Erik Satie.

 

* Photo : Robert Doineau.

Le baiser.1950.

 

* L'amour " en boîte ", c'est pas toujours de nuit.
Parfois le jour s'en soulève en cercles, 
au détour d'un carrefour à dos de bicyclette, 
et s'en ouvre couvercle d'une voie découverte 
en roues d'un petit tour.

 

Aïna

Mars 2017

 

 

See comments

Poésie. - A LIVRE.

Posted on by Arwen/Aïna.

 

 

 

* D'un Livre.

Je t'attendrai dedans mon livre, puisque tu pars aujourd'hui.
Toi seul en a la clef d'y vivre et en sais le monde où je vis.
Tu en sais aussi le chemin, la trace de ses routes de lignes,
et le quelque part écrivain que j'en habite à main de rimes.
Je t'attendrai dedans mon livre, là où tu vins d'un jour premier,
et que tu m'en trouvas d'intime à cime d'esprit chandelier.
Je t'attendrai dedans mon livre en temps  poursuite de ses idées,
assise au bord d'une phrase rive à ruisseaux de mots navigués.
Je t'attendrai dedans mon livre à titre phare de mer salée,
où bien d'une feuille nénuphar ivre en libelle d'ailes à s'envoler.
Je t'attendrai dedans mon livre et tous ses recoins à papiers,
où j'en suis parfois d'un à suivre sans le trop savoir où aller.
Je t'attendrai dedans mon livre du haut de sa tour à secrets,
lorsqu'on s'en poursuit d'âme rire à s'en rattraper prétextés.
Je t'attendrai dedans mon livre et tout son sérieux d'à peu près,
car j'en sais trop son goût de vivre, mais d'humble à feuillets édités.
Je t'attendrai dedans mon livre, là où tu as toujours existé,
et tout en soleil des givres, de nos annexes  copiés collés.
Je t'attendrai dedans mon livre à demeure inclus d'habiter,
combiné à plan de devise et son ci-inclus de Cachet.
Je t'attendrai dedans mon livre à cases de carreaux encriers,
gommant tout ce qu'ils en dévident  d'en être sans toi chiffonniers.
Je t'attendrai dedans mon livre de mon porte plume à forêt,
taillé dans le bois à main d'hymne en musique d'oiseaux chanté. 
Je t'attendrai dedans mon livre, fauteuil d'osier jardin privé,
en prose de lettres en styles au décors d'un appenti sorcier. 
Je t'attendrai dedans mon livre fond musical xylophoné,
dessins de notes qui s'écrivent à partition de mots serrés.
Je t'attendrai dedans mon livre à quatre mains d'esprit clavier,
et de leurs poèmes à dérive d'énoncées dactylographiées.

Je t'attendrai dedans mon livre à fiction de réalités,
celles d'une création permise à certitude imaginée.
Je t'attendrai dedans mon livre à sens de marches dedans,
et parfois sur pointes y dansant entre deux vers de vocalises.
Et si au tant de temps dedans, ton âme si souvent s'en précise,
c'est qu'à tamise d'événements, tu es passeur à complément
de chacun des blancs qui s'en lisent.

 

Aïna

Mars 2017.

 

 

See comments

Published from Overblog

Posted on by Arwen/Aïna.

 

 

 

 

* Le printemps à voix de vent chante de rossignol.
Il siffle à gorge déployant ce qu'il s'en élance de sol
en cordes de soleil dedans, jouant à pluie de rayonnements
ses derniers harpant de rigoles.

* Il déploie d'ailes son planant d'hiver encore de sommeil,
couleurs de fleurs s'en ouvrant à coeur d'étendue de Ciel
qui en répand le finement de ses premiers duvets pollens.

* Entrer dans le temps d'un instant et s'en saisir de l'invisible,
jusqu'à en toucher l'accessible du fluide de l'environnant,
et s'asseoir sur une corde du temps dans l'harmonisant du visible
à champs et forêts du sensible d'un oiseau à chant du printemps.

 

Aïna

Mars 2017

 

 

 

 

See comments

Poésie. C'est une belle journée.

Posted on by Arwen/Aïna.

Musique. * Thomas Bergensen. In Paradisium.

 

 

* C'est une belle journée,
une journée de paix en lumière intérieure,
une journée de pluie  en gouttes de quatre heure
qui nuage le bonheur et en tombe de coeur
tout en soupçons de lait...

C'est une belle journée,
une journée lenteur qu'on tourne de cuiller,
une journée sourire né de bouche fermée
au délice bienfait  venu de profondeur
à en boire la douceur d'onction félicité
d'un juste temps fixé que d'en être l'ailleurs.

* C'est une belle journée,
Celle d'un blotti de regards extérieurs,
entre soleil et gris se courtisant de grâce
dans le patient de calme du charme qu'ils enlacent
jusqu'à y prendre place d'aménité de choeur.

* C'est une belle journée,
Une journée fortune, une journée de brume
qui rit en vent soufflé, et tourne d'emporte plume
ses muses d'encrier, où je compte l'à pieds 
que la sérénité diurne.

 

Aïna

Mars 2017

 

 

 

See comments

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>